Pourquoi le rosé n’est pas du vin ?

Pourquoi le rosé n’est pas du vin ?

LE ROSÉ EST-IL UN VIN SÉRIEUX ? Pourquoi certaines personnes disent que le rosé n’est pas du vin. Quelques réflexions sur le sujet et plus, si on veut savoir comment boire le vin rosé.

« Le rosé ne mérite pas d’être dégusté sérieusement ». Ha…. Bon hé bien on va voir ensemble pourquoi le rosé ne serait pas du vin ?

…Tels étaient les propos récents d’un collègue qui écrivait sur le vin, très bien informé sur le vin, et dont je respecte énormément l’opinion sur les questions générales liées au vin. Il n’a formulé aucune réserve ; il a proclamé en termes généraux que le vin rosé, en tant que catégorie, n’est pas sérieux et ne mérite pas mon attention.

Se pourrait-il, me suis-je demandé, que je n’aie pas réussi à voir que le principe même de ma propre vocation est fausse ? Un bon rosé est-il inférieur à ses frères rouges et blancs, indigne de la même critique perspicace ? Je connaissais la réponse – mais non, évidemment – mais cela fait un certain nombre d’années que je n’ai pas été obligé de défendre cette position.

La croissance de la consommation de rosé est époustouflante. Les derniers chiffres de Nielsen Research et des douanes françaises indiquent que les ventes des seuls rosés de Provence ont augmenté de 55% en volume et de 60% en valeur absolue au cours des douze mois se terminant en juillet 2016, contre 34% en volume et 40% en valeur pour la même période un an plus tôt. En France, une bouteille de vin sur trois consommée est un rosé.

La consommation mondiale en 2020 était de 26 millions d’hectolitres et devrait dépasser les 30 millions en 2035, selon l’Observatoire du rosé. « C’est encore un vin de saison. En cassant la saisonnalité, de nouvelles opportunités naîtront »

Alors que l’on s’attend à ce que 2021 soit une année aussi monumentale pour le rosé, une autre étape de sa transformation du bord de la piscine aux tables gastronomiques recouvertes de lin blanc, il est peut-être temps de revoir le débat. Je me concentrerai sur le rosé de Provence – la région viticole réputée pour ses rosés pâles et secs – et je publierai un article sur le rosé de l’appellation Tavel, dans le Rhône, connu sous le nom de « premier rosé de France ».

J’ai décidé de m’entretenir avec quelques sources bien informées – certaines travaillant dans le secteur du vin, d’autres ayant simplement l’habitude de boire du bon vin – afin de recueillir leurs avis sur le rosé en tant que vin « sérieux ». Voici une sélection de leurs réponses… afin que vous soyez prêt si quelqu’un s’en prend au rosé dans votre verre cet été.

Le rosé de Provence est connu pour sa couleur pâle, son expression marquée du fruit et son équilibre délicat entre l’acidité et le sucre, donnant une impression de douceur sans saccharose intense. « La Provence est la référence en matière de rosé et, avec une concurrence de plus en plus forte, les producteurs travaillent sans cesse à améliorer leurs vins pour conserver leur rôle de leader et leur réputation », a déclaré Gilles Masson, directeur du Centre de recherche et d’expérimentation sur le vin rosé de Vidauban, en Provence.

Je serai le premier à dire qu’il existe de nombreux rosés parfaitement horribles, qui peuplent les rayons des épiceries et remplissent les carafes de rosé servies dans les cafés français (c’est pourquoi on trouve généralement quelques glaçons dans votre verre !) Comme pour tout vin, tous les rosés ne sont pas sérieux et ne sont pas destinés à l’être. Les faibles attentes que suscite depuis longtemps le rosé – chez nombre de ses amateurs qui recherchent essentiellement une boisson désaltérante agrémentée d’alcool – associées à l’énorme afflux de touristes qui suspendent tout jugement pendant leurs vacances ont fait que, jusqu’à récemment, les projecteurs étaient braqués sur l’extrémité bon marché du continuum de qualité, alors même que d’autres viticulteurs produisent des rosés de qualité.

Comme le dit Stephen Cronk, copropriétaire de Mirabeau en Provence avec sa femme Jeany Cronk, « la réalité est qu’il y a un kilomètre entre les rosés aqueux, fades et souvent trop acides des producteurs paresseux ou cyniques et le nectar sublime et plus délicat qui provient des meilleurs producteurs de rosé du monde entier », ajoutant que cela n’est nulle part aussi évident qu’en Provence.

Alors, pourquoi généraliser à l’ensemble des rosés ? Si la catégorie du rosé a évolué pour inclure de nombreux rosés sérieux, son marketing n’a pas évolué. En fait, le rosé s’est fait un nom et une réputation en tant que vin à boire. Pensez au marketing du rosé – sur une plage, au bord d’une piscine, sur un yacht, [comme] un style de vie [et] comparez cela à d’autres régions viticoles de qualité où les critiques parlent de vignerons passionnants, de techniques de vinification, etc.

L’accent a toujours été mis sur la beauté du rosé, comme si le rose était la seule raison de l’acheter. Si cette stratégie marketing a (sans doute) contribué à transformer le rosé en un poids lourd commercial, un tour de force de profit dans une région viticole française auparavant peu distinguée, elle a également eu pour conséquence involontaire de saper la profondeur perçue (le sérieux) de la catégorie. À bien des égards, le rosé sérieux est victime de son propre succès.

La plupart des experts s’accordent à dire que la qualité du rosé de Provence a en fait augmenté au cours des deux dernières décennies. Les vignerons s’attachent à produire des vins de qualité et le résultat est une palette très diversifiée de rosés de qualité – certains sont simples et peuvent être dégustés au quotidien, d’autres sont conçus pour accompagner des repas gastronomiques. Le Centre de recherche et d’expérimentation sur le vin rosé, fondé en 1995 par « quelques viticulteurs particuliers qui croyaient au potentiel du rosé de Provence alors que d’autres n’y croyaient pas », s’est révélé être un allié indéfectible pour les producteurs de rosé (dans le monde entier) qui s’engagent en faveur de la qualité, de la cohérence et de la productivité – c’est-à-dire les viticulteurs qui font du vin sérieux. « Si la qualité n’était pas au rendez-vous, il s’agirait d’un phénomène de mode de trois à cinq ans », a déclaré M. Masson.

Alors, pour ces rosés sérieux, qu’est-ce qui, dans l’esprit de nombreux experts et aficionados que j’ai interrogés, les rend sérieux ?

Qu’est qui fait que le vin rosé est à prendre au sérieux ?

Tout d’abord,

Lorsque l’on déguste un bon rosé, on peut appliquer le même éventail de vocabulaire que celui utilisé pour décrire les rouges et les blancs – y compris la discussion des nuances de couleur, l’intensité et la variété des arômes au nez et des saveurs en bouche, l’impression générale en bouche et la finale.

Longtemps considéré comme un vin à boire sans réfléchir, une recherche rapide sur Google révèle que les gens ne se contentent pas de penser au rosé, ils écrivent à son sujet. Considérez la brève critique suivante du rosé Rock Angel du Château d’Esclans, tirée du blog sur le vin de Jamie Goode ; si l’on exclut la référence aux cerises rouges, il aurait pu facilement décrire un vin blanc :

13,5 % d’alcool. Couleur très pâle. Tendu et un peu réducteur avec quelques notes de pamplemousse et de citron. Il y a de la fraîcheur et de la précision ici avec quelques notes savoureuses à côté du fruit. Joli caractère pierreux ici, et un soupçon de cerise rouge en arrière-plan. J’aime beaucoup ce vin. 90/100

Jamie Goode

Deuxièmement,

Tout est une question de terroir
Tout est une question de terroir

Le terroir est un point de distinction parmi les rosés – comme les rouges et les blancs, il importe de savoir où les raisins sont cultivés. « Le terroir est primordial dans la production des grands vins rosés », affirme Aurélien Pont, consultant en vins de Provence. Le sol, le climat et le paysage – tous des aspects du terroir – contribuent de manière cruciale « à la complexité, à l’intensité et au sérieux des vins de Provence ».

Pour quelle autre raison y aurait-il neuf appellations, quatre dénominations géographiques (sous-appellations) et des dispositions pour des dénominations supplémentaires en préparation ? Chaque appellation désigne un terroir distinct (et précise les pratiques en matière de vignoble et de vinification). Les sous-appellations, qui relèvent toutes de la plus grande appellation, Côtes de Provence, délimitent davantage le terroir et les pratiques de la région, et suggèrent un lien potentiellement fort entre le lieu et les caractéristiques du vin qui en est issu.

Matthew Jukes, grand spécialiste britannique du vin et écrivain primé, a également souligné l’importance du terroir. Lors de la présentation des deux meilleurs rosés du Château d’Esclans au cours d’un récent déjeuner, Jukes a demandé : « Est-ce que [le vin] a toute l’intégrité et l’honnêteté d’un vin de code postal, d’un vin avec un GPS, d’un vin qui vient d’une certaine partie du monde et qui dit la vérité sur ce sol ? ». Ce n’est que lorsque cela sera le cas, a-t-il suggéré, que le vin pourra être considéré comme « totalement haut de gamme, ultrafin ».

Patrick Léon, le vigneron de renommée mondiale du Château d’Esclans (en plus de son pedigree mondial inégalé en œnologie), a déclaré que la compréhension du terroir a été l’une de ses premières tâches lorsque Sacha Lichine, qui venait d’acheter le château, l’a mis au défi de faire « le meilleur rosé du monde » en 2006. Léon a minutieusement identifié plus de 40 parcelles différentes sur les 52 hectares de vignes et a vinifié chaque parcelle indépendamment dans le nombre correspondant de barriques séparées.

Léon et Lichine avaient initialement l’intention de produire deux rosés, mais le terroir et son interaction avec les raisins étaient si différents d’une parcelle à l’autre qu’ils ont fini par produire quatre rosés (les quatre mêmes qui composent aujourd’hui le portefeuille de d’Esclans). Les deux premiers rosés de la gamme, Garrus et Les Clans, se caractérisent par une structure, une richesse et une complexité importantes, et chacun se distingue en partie par son terroir.

Troisièmement,

La plupart des personnes avec lesquelles j’ai discuté estiment que, quelle que soit la couleur, les trois caractéristiques susmentionnées, en particulier la complexité, sont un signe de sérieux dans le vin. Certes, tous les rosés n’ont pas la complexité caractérisée par le terroir, mais M. Pont a fait remarquer qu’un tel continuum de « bons et de mauvais » permet de construire une « pyramide » de qualité et que « c’est en comparant la base de la pyramide à son sommet que l’on peut évaluer l’étendue de la complexité des vins rosés ».

Les rosés n’ont généralement pas « la largeur de bande de la complexité que les rouges et les blancs ont », un point clairement établi par Bradbury Kuett, écrivain basé dans le Vaucluse sur l’art, la culture et le vin. En raison du contact minimal entre le jus et la peau, inhérent à la méthode typique de pressage direct du rosé, ce vin, contrairement aux vins rouges, ne bénéficie pas des avantages des polyphénols concentrés principalement dans la peau et les pépins. (Ce groupe de molécules contribue de manière significative à la saveur et aux autres caractéristiques sensorielles du vin).

Quatrièmement,

Le rosé de Provence est produit en utilisant les mêmes procédés de vinification que ceux utilisés pour l’élaboration du vin blanc (généralement considéré comme une catégorie sérieuse de vin, n’est-ce pas ?).

Sacha Lichine a été le premier à le dire, lors d’une toute première conversation, que le rosé est, en fait, le vin le plus difficile à faire. « Il faut beaucoup plus d’efforts pour faire un bon rosé », a dit Lichine lors d’une interview à Boston au début de 2014. Parce que la macération est très brève ou pas du tout utilisée, Lichine a expliqué qu’il est difficile d’obtenir le caractère, la longévité et la saveur tout en gardant la couleur pâle distinctive des rosés de Provence. « La qualité est une accumulation de détails », a déclaré Lichine. Parmi beaucoup d’autres, Jean-Marie Quef, le jeune directeur et œnologue du Domaine de l’Amaurigue, s’est fait l’écho du même sentiment lors d’une récente interview : « Les gens ne peuvent pas imaginer à quel point il est complexe de produire les rosés secs de Provence ».

Cinquièmement,

Concernant le rosé de Provence, en particulier, son sérieux est souligné par le fait que la production de rosé en Provence est, comme l’a dit Pont, le « principal objectif » de la région. « D’autres appellations, profitant de l’engouement mondial pour la consommation de vins rosés, se sont également lancées dans la production de vins rosés. Mais ces appellations sont avant tout des régions productrices de vins rouges, le rosé est donc pour elles un… sous-produit », a précisé Mme Pont. En effet, près de 90% des vins AOP produits en Provence sont des rosés.

Cronk, mentionné ci-dessus, qui est venu en Provence pour réaliser le rêve de toute une vie de faire du vin et qui est maintenant un producteur de rosé primé, a également écrit sur la production de rosé comme un intérêt secondaire : « …étant donné que le rosé est produit à partir de raisins rouges, de nombreux producteurs à court d’argent apprécient les revenus qui leur parviennent plus tôt qu’avec leurs vins rouges », qui ne seront peut-être même pas commercialisés avant deux ans.

En Provence, contrairement aux régions principalement productrices de vins rouges où le rosé est produit en second lieu, les raisins sont cueillis à la maturation idéale pour faire du rosé plutôt qu’au moment où les raisins sont à la bonne maturation pour faire du vin rouge ; ce facteur est essentiel pour garantir l’équilibre entre le fruit et l’acidité qui fait la réputation des rosés de Provence.

verres de rosé
Verres de rosé

En outre, les meilleures vignes – celles qui sont généralement réservées dans d’autres régions pour faire du vin rouge – sont consacrées au rosé en Provence. Ces vignes sont souvent très anciennes (par exemple, plus de 90 ans au Château d’Esclans pour son célèbre rosé Garrus) et ont un rendement très faible, mais une concentration aromatique élevée. Il est bon de rappeler (au moins à certains lecteurs) qu’il s’agit des mêmes cépages (en particulier le grenache, la syrah et le mourvèdre) qui auraient été utilisés pour les rouges de qualité supérieure dans d’autres appellations.

Le Britannique Matthew Jukes connaît bien les vignes de grenache de 90 ans du Château d’Esclans et il a récemment déclaré que si les raisins de ces vignes étaient vinifiés en vin rouge, ce serait le vin rouge le plus gros, le plus sombre, le plus lourd et le plus puissant que l’on puisse imaginer ; seul un vinificateur de rosé très dévoué les utiliserait en rosé.

Les producteurs de rosé en Provence ont fait d’énormes investissements technologiques pour garantir la sélection des meilleurs raisins de ces vignes (par exemple, en utilisant des procédures de double tri et un tri électronique à l’œil) et pour optimiser leur potentiel dans le rosé qui sera finalement versé dans votre verre (par exemple, des mécanismes avancés pour contrôler des facteurs d’importance critique comme la température et l’oxydation).

En outre, les rosés de Provence représentent 64 % du volume total de rosé biologique vendu dans le monde. Investir dans la viticulture et la viniculture biologiques – sans parler des nombreuses caves biodynamiques de Provence – souligne un engagement fort (mais pas nécessaire) à produire un rosé sérieux.

Sixième point :

Les bons rosés ont, eh bien, une place à table – en témoignage de leur sérieux, les rosés peuvent être associés à la perfection à toute une série d’aliments. Pont l’a dit en quelques mots : « Le vin rosé appartient à la gastronomie de la Provence, et donc de la France…. donc, c’est un vin sérieux ! ». Il ajoute : « Le vin rosé, comme les vins rouges et blancs… peut être associé à des plats spécifiques… il est impossible d’ignorer son accord parfait avec les viandes grillées ou les poissons. »

Pour Patrick Léon, la nourriture et le vin sont si intimement liés qu’il a déclaré qu’il ne finaliserait jamais l’assemblage des vins haut de gamme du Château d’Esclans avant de les avoir dégustés.

Le directeur des vins Aldo Sohm – qui a reçu le prix du « meilleur sommelier d’Amérique » en 2007, lors d’un déjeuner au Bernardin, le prestigieux restaurant français de Manhattan (trois étoiles Michelin)- permettrait-il à un vin qui n’est pas sérieux, selon lui, d’accompagner les extraordinaires fruits de mer du chef Eric Ripert. Je ne fais que deviner.

Il sert du rosé Les Clans (2015) avec des pâtes aux fruits de mer et aux truffes, un fabuleux mélange de crabe, de pétoncle, de homard, au sommet de tagliatelles et surmonté d’une émulsion de truffes noires. Le rosé Garrus (2015) associé à un flétan poché entouré d’asperges, de pois de printemps, de fèves et de morilles. Ces accords n’étaient pas seulement exquis – ils étaient synergiques.

Les rosés ont longtemps subi les foudres des sommeliers. Il y a quelques années, un sommelier assez célèbre a ricané lorsque j’ai suggéré qu’il y avait maintenant suffisamment de rosés sérieux pour exiger une catégorie distincte sur la carte des vins (plutôt que d’être mis dans le même panier que le vin rouge ou blanc ou même le vin mousseux… quel sens cela a-t-il ?) Cette attitude et la place du rosé sur les cartes des vins sont en train de changer.

Le rosé de l’un ou l’autre des Domaines Ott figure souvent sur la carte des vins des restaurants d’un certain calibre. Lors d’une récente conversation avec Romain Ott, le très réputé vinificateur du Château Léoube, nous avons discuté de ce qui fait du rosé un vin sérieux. Romain Ott, qui appartient à la quatrième génération de vignerons de l’illustre famille des Domaines Ott, a d’abord été un peu perplexe devant cette question et s’est demandé s’il avait bien entendu. C’est compréhensible, je suppose, car sa famille a toujours pris le rosé au sérieux : son arrière-grand-père, Marcel Ott, s’est consacré à la production de rosé de haute qualité il y a déjà 100 ans et, en 1938, il pensait que son rosé était si bon qu’il l’a expédié outre-Atlantique, probablement la première cargaison de rosé à atteindre les côtes américaines.

Au début du mois de février, lors d’une dégustation du dernier millésime des rosés de Léoube, M. Ott a déclaré : « Mes rosés sont faciles à boire mais sérieux à la fois ». En riant, il a ajouté : « Mon but n’est pas de faire du vin amusant. » Le rosé Léoube, sorti pour la première fois en 2008, figure désormais sur les cartes des vins des meilleurs restaurants du monde entier.

Jon Durant, guitariste et artiste chez Alchemy Records, est l’exemple parfait d’un ancien buveur de vin rouge qui a depuis vu la lumière dans le rosé, converti après avoir expérimenté le rosé associé à la nourriture. « L’été dernier, c’était la première fois que j’explorais vraiment les rosés et les grandes différences de saveurs et de complexité m’ont ouvert les yeux », a déclaré Durant. J’avais toujours eu l’impression que le rosé était un vin moins sérieux, et c’était surtout dû au fait que ce que j’avais connu aux États-Unis était loin d’être le meilleur. Il s’avère que mes impressions étaient sérieusement limitées et qu’il existe une profondeur et un caractère bien plus grands que je ne l’avais jamais imaginé. » Durant a poursuivi en décrivant l’un de ses récents repas : « J’ai préparé des coquilles Saint-Jacques poêlées avec un risotto aux champignons, à l’estragon et aux truffes, et une bouteille de rosé du Domaine de Fontenille s’est parfaitement associée. Il offrait la sensation souple en bouche que je préfère, mais avec un goût croquant et léger qui jouait à merveille avec le côté terreux du risotto. »

Risotto aux cèpes et noix de saint jacques
Risotto aux cèpes et noix de saint jacques

Septièmement

Je pense que nous pouvons convenir que l’étiquette de prix des meilleurs rosés suggère également au moins un minimum de sérieux. Le prix ne cesse de grimper, lui aussi. Le prix moyen d’un « rosé premium » (défini comme les bouteilles dont le prix est supérieur à 12 dollars) aux États-Unis, le plus grand marché d’exportation de la Provence, continue d’augmenter et dépasse désormais 17 dollars la bouteille. De nombreux rosés dépassent largement ce prix. D’après mes observations non scientifiques, de nombreux rosés de Provence présents sur les étagères des cavistes tournent autour de 23 à 25 euros, voire bien plus : Le Château de Pibarnon est à 27 € la bouteille, le Château Pradeaux à 18€ la bouteille, le Domaine Tempier à 23 € la bouteille et le Château Léoube Secret à 23 € la bouteille. Enfin, il y a beaucoup de bouteilles dont le prix dépasse 40 € : Domaines Ott de Selle (26 €), Château Saint Maur Excellence (21€) et Le Clos de Capelune (39€), Léoube Lalonde (37€) ainsi que Les Clans (42 $) et Garrus (environ 93 € la bouteille). Et ils ne prennent pas la poussière sur les étagères. Les consommateurs achèteraient-ils du rosé à de tels prix s’ils ne pensaient pas que c’est sérieux ? Probablement pas… si son plaisir se limitait aux piscines, aux pique-niques et aux cafés. (Les yachts sont une autre histoire).

Je m’empresse d’ajouter, cependant, que le bon rosé se trouve à des prix beaucoup plus bas, surtout en France. Pour souligner ce point, Kuett, l’écrivain du Vaucluse mentionné ci-dessus, me rappelle que « dans les vernissages chics de Provence, il est acceptable, voire attendu, de servir dans des carafes des rosés « bag-in-box » provenant de coopératives viticoles ».

Enfin, et c’est sans doute le plus important, la communauté des amateurs de vin reconnaît le potentiel de vieillissement de certains rosés. Le rosé peut-il vieillir comme les grands vins rouges et blancs ? La réponse la plus simple est « non », la plupart ne le peuvent pas. Mais certains le peuvent. Je m’empresse d’ajouter que ce n’est pas une exigence pour un bon rosé. Viktorija Todorovska, sommelier et co-auteur de Provence Food and Wine : L’art de vivre, est d’accord mais a réfléchi à ce sujet avec une certaine inquiétude : « Si l’on veut traiter le rosé avec sérieux, faudra-t-il qu’il puisse vieillir ? » Non, mais c’est une caractéristique qui, si elle est présente, fait indiscutablement entrer le rosé dans la catégorie des vins sérieux avec les rouges, les blancs, les mousseux et les vins fortifiés.

Si la plupart des rosés ne peuvent pas bénéficier des avantages du vieillissement sans compromettre la fraîcheur qui les rend si appréciés, certains rosés peuvent bénéficier et bénéficient effectivement d’un petit séjour en cave : ceux qui ont suffisamment de structure ou de tanins grâce au contact avec le chêne ; ceux qui incluent, dans l’assemblage, certains cépages ou des raisins provenant de vieilles vignes ; ou ceux qui sont issus de jus ayant eu un contact plus long avec les peaux et les pépins.

La variation entre les millésimes reste difficile à étudier – il est rare que l’on dispose d’une collection verticale de rosés à déguster, ce qui oblige à se fier à des notes sans possibilité de comparaison directe, ainsi qu’à l’évidence peu fiable de la mémoire – mais les dégustations verticales peuvent offrir une solution convaincante à ce problème. Il y a quelques années Matthieu Négrel, copropriétaire du Mas de Cadenet, a invité plusieurs experts à une étonnante dégustation verticale de rosés de garde remontant jusqu’à 2002. Le déjeuner d’Esclans-Bernardin a donné lieu à une incroyable dégustation verticale des vins Les Clans (2011 à 2015) et Garrus (2010 à 2015). Ces deux expériences ont démontré sans équivoque que les rosés ont la capacité de vieillir. Non seulement ces vins ont tenu le coup, mais ils ont évolué. En fait, lors de la dégustation de Berdardin, toutes les personnes autour de notre table étaient d’accord pour dire que le Garrus 2015, bien que superbe maintenant, sera encore meilleur dans quelques années.

Le vigneron américain Tom Bove, ancien propriétaire de Miraval et actuel propriétaire de plusieurs domaines de Provence (dont le Château La Mascaronne, le Château Bomont de Cormeil, le Château Mira Luna et le Domaine le Bernarde), m’a dit que ce n’est peut-être que par accident que les gens commencent à apprécier la capacité de vieillissement de certains rosés, c’est-à-dire en oubliant une bouteille dans sa cave. M. Bove a goûté beaucoup de rosé, mais ce n’est que très récemment qu’il a goûté un vieux millésime de son propre rosé (laissé dans la cave d’un ami) et il en est tombé amoureux. « C’est ce qui va se passer », s’est exclamé M. Bove. « Les gens vont l’oublier dans leurs caves et les bons vont être bons ». C’est peut-être la seule façon de convaincre certaines personnes.

Entre-temps, M. Masson a déclaré que le centre de recherche du rosé étudie le rosé de garde et ce qui peut être fait pour améliorer son potentiel de vieillissement afin d’offrir « des belles surprises » dans le verre.

Au fil des ans – jusqu’à 2600 ans – la Provence a développé un style unique de rosé. Selon M. Masson, il s’agit désormais de préserver la typicité unique du rosé de Provence, tout en élargissant la diversité des vins en fonction de la géographie. « Tout est question de cépage et de terroir », explique Masson, « et de donner une personnalité distincte et reconnaissable à des appellations et sous-appellations spécifiques. »

Tous les signes indiquent une amélioration continue de la qualité du rosé en Provence et, d’ailleurs, dans le monde entier. Elizabeth Gabay, l’un des 350 Masters of Wine accrédités dans le monde, a choisi de se spécialiser dans les rosés de Provence, mais son expertise et son intérêt ne se limitent manifestement pas à cette région. Dans ses écrits et ses cours de maître, elle s’extasie sur les rosés de régions relativement obscures de Hongrie, de Turquie et d’Israël, par exemple, et elle écrit actuellement un livre sur les rosés du monde entier.

Il y a plusieurs années, Pierre-Olivier Camou, consultant en vins chez Cognac One et ancien directeur des ventes chez Sherry-Lehman, tous deux à New York, estimait que lorsque les gens comprendront le rosé, ils exigeront davantage de qualité, et alors, la troisième couleur du vin sera clairement perçue comme du « vrai » vin, ce qui conduira à sa consommation toute l’année. C’est ce qui se passe.

Le rosé est-il un vin sérieux ? Pourquoi le rosé n’est pas du vin est du vin !

Peter Holt, longtemps considéré comme le directeur des vins et sommelier du légendaire restaurant Anthony’s Pier Four de Boston ; aujourd’hui fermé, mais à son apogée dans les années 1980, Anthony’s employait quatre sommeliers à plein temps et se targuait d’avoir une carte des vins (qui recevait régulièrement le Grand Prix du Wine Spectator). La réponse succincte de Holt : « Pourquoi pas ? »

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez