Qui a inventé le vin rosé ?

Qui a inventé le vin rosé ?

Une brève histoire du rosé : Les premières années : La Grèce antique et Massalia (Marseille)

Qui a inventé le vin rosé ? La plupart des premiers vins connus étaient des vins rosés, des libations légères faites en mélangeant des raisins blancs et des raisins rouges.

Qui a inventé le vin rosé ?
Qui a inventé le vin rosé ?

Dans la Grèce antique, on considérait qu’il était civilisé de diluer le vin. La croyance était répandue que seuls les barbares – des ivrognes qui violaient et assassinaient – buvaient du vin pur. Le roi spartiate Cléomène Ier, qui fut poussé à la folie et finit par se suicider dans une cellule de prison, a même affirmé que la consommation de vin non dilué avait entraîné sa chute.

Pendant les vendanges, les ouvriers écrasaient les raisins rouges et blancs avec leurs pieds, en s’accrochant à des cordes suspendues pour assurer leur équilibre. Le jus était ensuite placé dans des pithoi, de grands récipients en céramique, pour la fermentation, ce qui donnait un style oxydatif. Ce jus rose était légèrement déshydraté et tannique au contact des peaux, des pépins et des tiges du raisin, ce qui est loin des rosés d’aujourd’hui.

À cette époque on pouvait parler de vin rosé naturel.

Finalement, les Grecs et les Romains ont exploré la séparation des raisins par couleur, et des vins rouges et (surtout) blancs sont nés. Cependant, ces premiers exemples de vin rouge étaient souvent tanniques et difficiles à boire. Pendant un certain temps, la préférence générale a été donnée aux vins moins durs et de couleur plus claire. Le rosé est resté la boisson de choix pendant des siècles.

Au VIe siècle avant J.-C., les Phocéens ont fait venir des vignes de Grèce à Massalia (aujourd’hui Marseille), dans le sud de la France. Les vins qu’ils produisaient étaient, là encore, des mélanges de raisins blancs et rouges. D’une couleur naturellement claire, ces agréables vins rosés ont rapidement fait parler d’eux autour de la Méditerranée.

Lorsque les Romains débarquèrent plus tard en Provence, ils avaient déjà entendu parler des vins rosés de Massalia. Ils ont pris ces vins convoités et ont utilisé leurs réseaux commerciaux super-connectés pour les rendre populaires autour de la Méditerranée. C’est ainsi que le sud de la France est encore aujourd’hui considéré comme l’épicentre du rosé.

Au Moyen-Âge, la rumeur voulait que le Bordeaux crée un rosé de couleur violette. Le vin a reçu le surnom de « Claret » (en latin, claritas signifie « clarté ») et est rapidement devenu à la mode en France. Lorsque le Bordeaux est passé sous la domination britannique, les vins de Claret sont devenus la nouvelle coqueluche en Angleterre. L’écrivain Samuel Johnson a déclaré : « Celui qui aspire à être un sérieux buveur de vin doit boire du Claret ». Jusqu’à la fin des années 1900, les Anglais et leur précieux Claret étaient inséparables.

Au XIXe siècle, les touristes français ont commencé à affluer dans des endroits comme la Côte d’Azur, dans le sud de la France. Après une longue journée de pétanque et de baignade dans la mer, ils se détendaient avec un verre de rosé bien frais. Soudain, ces simples vins locaux sont devenus un symbole de glamour, de loisirs et d’été.

Pourquoi le vin rosé ?

Apéritif avec du vin Rosé
Apéritif avec du vin Rosé

Pour beaucoup, le rosé est aussi devenu un vin de soif, un vin qui désaltère, un vin qui se boit sans modération en cuisinant ou en apéritif avant le dîner. De nombreux parents le servaient même à leurs enfants comme une friandise. Jacques Pépin, l’un des plus célèbres chefs français d’aujourd’hui, a bu son premier rosé alors qu’il n’avait que six ou sept ans. « C’était merveilleux », se souvient-il. « Mon père commençait à mettre une cuillère à soupe de rosé dans un verre d’eau, juste pour changer un peu la couleur et avoir un avant-goût de ce que c’est. Il faut comprendre qu’à l’époque, il n’y avait pas de soda ni rien d’autre. Il y avait de l’eau, et puis il y avait du vin. C’était ça. »

Le rosé est excellent pour les cocktails et pour les apéritifs.

Grâce à son acidité il est rafraîchissant et convient bien en apéritif. Comme il est généralement moins cher que d’autres vins, vous ne vous sentirez pas coupable de l’utiliser pour le mélanger à d’autres saveurs afin d’en faire un cocktail parfait et rafraîchissant. Et grâce à sa polyvalence, vous pouvez l’utiliser comme base pour créer une grande variété de boissons mélangées.

Que contient le vin rosé ?

Les vins rosés sont produits à partir d’une grande variété de cépages et se trouvent partout dans le monde. Lorsque le vin rosé est le produit principal, il est produit par la méthode du contact avec la peau. Les raisins à peau noire sont écrasés et on laisse les peaux rester en contact avec le jus pendant une courte période, généralement de deux à vingt heures.

Fabrication du vin rosé

fabrication du vin rosé
Fabrication du vin rosé

Comment est fait le vin rosé ? Si certain disent que le vin rosé n’est pas du vin, ils ont tord. Mais au vu de ce que vous pouvez lire, et des problèmes de qualité qu’a subi le vin rosé on peut comprendre ce qu’ils pensent. Lisez ce qui suit et vous comprendrez pourquoi.

Il existe 3 ou 4 types de vins rosés :

MACÉRATION PÉLLICULAIRE LIMITÉE

De loin la méthode la plus populaire pour produire un rosé de qualité, ce procédé est essentiellement ce que son nom décrit. Comme la couleur est retenue dans la peau du raisin, les grains sont écrasés et le jus est laissé en contact avec la peau, tout comme on le ferait pour un vin rouge.

PRESSURAGE DIRECT

Très similaire à la macération pelliculaire limitée, le pressage direct consiste à laisser le jus de raisin entrer en contact avec les peaux pendant une période extrêmement courte.

ROSÉ DE SAIGNÉE

La méthode de la saignée produit non seulement un vin rosé, mais aussi un vin rouge. En fait, le processus a commencé non pas pour faire des vins rosés, mais pour concentrer les vins rouges. Certainement la méthode qui produit les meilleurs rosés.

MÉLANGE

Bien que cela puisse sembler être la méthode la plus évidente pour faire du rosé – blanc + rouge = rosé, n’est-ce pas ? – la pratique du mélange des vins blancs et rouges en post-fermentation est en fait interdite pour les vins AOP en Europe – sauf pour le Champagne

La spirale descendante du rosé

Le vin rosé est idéal avec une planche de charcuterie
Le vin rosé est idéal avec une planche de charcuterie

L’image du rosé a commencé à se ternir avec la création de deux marques : Mateus et Lancers, deux vins rosés demi-secs du Portugal. Mateus, créé par Fernando van Zeller Guedes, est arrivé sur le marché à la fin de 1943 et a connu un succès du jour au lendemain.

À peu près à la même époque, un négociant en vins américain du nom de Henry Behar s’est rendu au Portugal pour visiter le domaine de José Maria da Fonseca. Là, il goûte un vin appelé Faisca, légèrement sucré et de couleur rose. Il le trouve très rafraîchissant. À l’époque, c’était probablement le cas – il avait passé toute la journée à déguster de riches vins de table et des vins fortifiés ! Obligé de partager Faisca avec le monde entier, il a ramené le vin aux États-Unis, distribuant la marque qui allait bientôt devenir une icône.

Comme le nom Faisca était considéré comme trop proche du « fiasco » pour le marché américain, Behar l’a plutôt baptisé d’après son tableau préféré de Velasquez, « Las Lanzas ». La bouteille de céramique trapue du vin le distinguait des autres vins dans les rayons des magasins de spiritueux, et les Américains n’ont pas pu résister. Mais le désastre ne tarda pas à frapper. Dans un récipient en céramique, le vin s’est rapidement oxydé. Finalement, la bouteille des Lancers a été changée pour un verre épais, puis pour un verre dépoli. Aujourd’hui encore, elle est très populaire en Europe centrale, simplement parce que la plupart des gens pensent qu’il s’agit d’alcool plutôt que de vin. Elle est également très bon marché et très sucrée, une combinaison pour laquelle il reste beaucoup de fans.

Lentement, les gens ont commencé à tourner le dos à la qualité de Mateus. Les ventes ont chuté. Pour relancer la marque, des campagnes publicitaires convaincantes mettant en scène tout le monde, de Jimi Hendrix à la reine d’Angleterre, ont été diffusées dans tout le Royaume-Uni et ont fait l’objet de fuites dans le monde entier. Le vin est immédiatement remis à la mode. Après la révolution de 1974, lorsque la démocratie est revenue au Portugal, les États-Unis se sont précipités pour importer 20 millions de caisses de rosé Mateus dans l’espoir de poursuivre leur relation établie avec la marque. Les Américains ne voulaient pas perdre leur dose de rosé.

Pourtant, c’était un public spécifique et populaire qui aimait le rosé. Kermit Lynch a lancé son entreprise éponyme, désormais célèbre, dans les années 1970, dans un petit magasin de Berkeley, en Californie. Il dit :

Quand j’ai ouvert mon entreprise, et quand j’ai grandi dans le vin, le rosé avait une terrible réputation. Dans le monde sérieux du vin, les gens ne buvaient pas de rosé. Ce n’était pas considéré comme du vrai vin ; c’était juste quelque chose fait à partir de raisins pourris qui ne pouvaient pas passer au rouge. Il y avait quelques rosés à l’époque, dont un dans une étrange cruche – ils étaient tout simplement misérables ! Quand j’ai commencé, je n’avais pas de rosé à vendre. Bien sûr, j’avais un petit magasin, je n’attirais pas la foule des Lancers.

Mateus et Lancers ont changé la façon dont les gens pensaient au rosé. Des produits nouveaux, ils ont fait croire au public que tout le vin rosé était bon marché, doux et fabriqué en vrac. Il y a même des phrases de l’époque qui évoquent affectueusement les bons moments en faisant référence à « l’empoisonnement des Lancers » ou à la « gueule de bois de Mateus ».

La naissance du rosé américain

George West, de la société El Pinal Winery à Lodi, en Californie, a fabriqué ce qui est documenté comme le premier Zinfandel blanc en 1869. Le commissaire à la viticulture de l’époque a trouvé le vin impressionnant et a commencé à plaider pour l’utilisation du Zinfandel en dehors du vin rouge, mais pendant plus d’un siècle, ce vin rose a lutté pour obtenir une réelle traction.

Vins américains Sutter Home
Vins américains Sutter Home

Dans les années 1970, Bob Trinchero, de Sutter Home Winery, a créé le Zinfandel blanc comme sous-produit, pour concentrer son Zinfandel rouge du comté d’Amador. Trinchero a donné à sa première expérience le surnom d’Oeil de Perdrix », qui se traduit en français par « Oeil de Perdrix ». Ce terme remonte au Moyen Âge en Champagne, où le nom était donné aux vins roses en référence à la couleur rose pâle de l’œil d’une perdrix luttant contre l’emprise de la mort. Ce n’est qu’à une époque aussi sombre que celle-là qu’un vin merveilleux pouvait recevoir un nom aussi grave ! Le Sutter Home Oeil de Perdrix n’était disponible que dans la salle de dégustation de la cave pour la première année.

Le gouvernement américain ne s’est pas contenté du nom de Trinchero et a insisté pour qu’une description du vin soit imprimée en anglais sur l’étiquette. En conséquence, la bouteille indiquait également, en très petits caractères, « un vin blanc de Zinfandel ».

Ce n’est qu’en 1975 que ce vin a fait parler de lui. L’histoire que raconte la cave est qu’une fermentation bloquée s’est produite et que le sucre du vin ne s’est pas complètement transformé en alcool. Le Zinfandel blanc qui en a résulté était légèrement sucré. Au lieu d’essayer de résoudre le problème ou de reléguer à nouveau le projet dans la salle de dégustation, Sutter Home a ouvert les vannes et a libéré du Zinfandel blanc Sutter Home (légèrement sucré). Les Américains ont adoré. Après tout, c’était un style comme celui de Mateus et de Lancers, qui étaient encore très appréciés par de nombreuses personnes – et maintenant, les Américains pouvaient aussi soutenir leurs agriculteurs locaux. Le White Zinfandel s’est répandu comme une traînée de poudre tout au long des années 1980.

Néanmoins, dans les années 1990, le monde du rosé et celui des vins fins étaient encore séparés. Les sommeliers ne servaient jamais une bouteille de rosé, car les grands buveurs de vin ne le demandaient jamais. Rajat Parr, sommelier à San Francisco pendant cette décennie, se souvient :

Personne ne s’en souciait, personne n’y pensait, personne n’en buvait. À l’époque, il n’y avait pas de rosé fait dans le but d’être du rosé. Un vigneron avait peut-être des restes de raisins ou quelque chose qui n’avait pas mûri, et c’est ce qu’était le rosé. Personne ne sortait et ne disait : « Je vais faire un bon rosé ».

Servi dans les cafés et les restaurants bon marché, le vin est resté en marge pendant près de 15 ans. Parr ajoute : « De 1996 à 2009, je n’ai pas servi un seul rosé. Jamais. Ce n’est que lorsque nous avons ouvert la RN74 à San Francisco que nous avons commencé à servir du rosé ».

Au début des années 2000, la popularité du rosé a commencé à se développer. Les stations balnéaires et les destinations balnéaires des États-Unis ont commencé à proposer du vin français rosé. La fascination des Américains pour la France s’est accrue, et avec elle, leur intérêt pour le rosé. Des célébrités comme Angelina Jolie, Brad Pitt et Drew Barrymore se sont rapidement lancés dans l’aventure avec leur propre production de rosé.

En août 2014, la panique s’est emparée des Hamptons, qui n’avaient plus de rosé. La pénurie en a été la preuve définitive : Les Américains adorent le rosé. La boisson rose était devenue populaire et les médias sociaux étaient sur le point d’en faire une superstar. Josh Ostrovsky (« The Fat Jew ») était un champion ; il a ensuite collaboré à un produit appelé « White Girl Rosé », un mélange de Sauvignon Blanc de Californie et de Zinfandel. Des centaines de milliers de bouteilles ont été vendues.

Des collaborations astucieuses ont également eu lieu en France. Jeremy Seysses du Domaine Dujac et Aubert de Villaine du Domaine de la Romanée-Conti ont co-fondé le Domaine Triennes dans le Var et ont commencé à produire un rosé savoureux. Les sommeliers se sont empressés de l’inclure dans leurs listes ; il semblait que tous les restaurants de New York le versaient au verre à l’été 2014.

Comme la baguette et le béret, le rosé a été adopté dans la culture américaine. Le charme de cette boisson est difficile à nier et, comme les exemples nationaux et internationaux ont gagné en qualité, elle n’est plus considérée comme un plaisir coupable. Le rosé est exactement ce dont le monde du vin avait besoin : une option sans prétention mais délicieuse.

Certains prétendent que la popularité du rosé n’est qu’une phase, mais d’autres voient dans l’engouement récent l’introduction d’un nouveau style. Rajat Parr est l’un d’entre eux. Aujourd’hui, il est le vinificateur et partenaire des domaines viticoles Domaine de la Côte et Sandhi. Sandhi a produit un rosé de Pinot Noir de grande qualité, délicieux, tranquille et pétillant, inimaginable dans le monde de la restauration qu’habitait Parr il y a seulement deux décennies. « Le rosé, il est là pour rester », dit-il.

Articles similaires

L’avenir du vin rosé

Les femmes aiment le rosé pale
Les femmes aiment le rosé pale

Notre fascination pour la boisson rose s’accroît, tout comme la production. Selon l’Observatoire économique du vin rosé, entre 2002 et 2013, la production de rosé en France a augmenté de 31 %. Les buveurs n’étaient pas loin derrière. En France, la consommation a presque triplé depuis 1990. En 2013, l’Amérique était la deuxième au monde, juste derrière la France, pour la consommation de la boisson rosée.

Les caves intelligentes gardent une vision à long terme et se concentrent sur la production du meilleur rosé possible. D’autres producteurs, en revanche, adoptent une approche différente, en produisant des vins blush bon marché pour répondre à la demande, en espérant que les consommateurs les boiront glacés et qu’ils passeront à côté de leurs défauts. Jeremy Seysses commente : « Nous constatons une augmentation massive des prix de gros. C’est une aubaine pour les producteurs, mais cela signifie qu’un certain nombre de clients se tournent maintenant vers d’autres régions pour leur approvisionnement. En France, nous voyons une nouvelle vague de rosé très médiocre arriver sur les tablettes ».

Mais l’espoir n’est pas perdu. Les professionnels du vin et les consommateurs peuvent pousser le marché dans la bonne direction, en exigeant les bonnes choses plutôt que des exemples sans âme et stériles. Que l’eau du bain rose reste dans la baignoire ! Recherchez des producteurs de qualité et célébrez l’incroyable qualité du rosé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez