Qui a inventé le vin Rouge ?

Qui a inventé le vin rouge ?

Qui a inventé le vin rouge ? L’histoire du vin remonte à la préhistoire ; elle est si ancienne qu’elle peut être confondue avec l’histoire de l’humanité elle-même. Les plus anciennes preuves archéologiques de la présence de Vitis vinifera ont été trouvées sur des sites de la Chine actuelle (vers 7 000 avant J.-C.), de la Géorgie (6 000 avant J.-C.), de l’Iran (5 000 avant J.-C.), de la Grèce (4 500 avant J.-C.) ainsi que de la Sicile (vers 4 000 avant J.-C.).

Les premières preuves de production de vin en série (vinification) ont été trouvées en Arménie (vers 4100 avant J.-C.) avec la découverte de la plus ancienne cave de stockage existante.

Le Vin rouge en Egypte

La viticulture et la vinification dans l'Égypte ancienne (environ 1 500 av. J.-C.)
La viticulture et la vinification dans l’Égypte ancienne (environ 1 500 av. J.-C.)

Des peintures témoignent également de l’importance prise par le vignoble. Cependant, compte tenu des méthodes de vinification, le vin de l’Égypte ancienne était considéré comme essentiellement blanc ou légèrement rosé. Les raisins étaient consommés directement, mais ils étaient aussi écrasés et leur jus recueilli afin de le laisser se transformer en lie. Sans fermentation alcoolique, il est en effet impossible d’obtenir une couleur rouge profond. Jean-François Champollion prétend avoir vu une fresque où le vin rouge était contenu dans des bouteilles.

Un des Portraits du Fayyum représentant un homme sur le point de goûter une tasse de vin rouge.

Cueillette du raisin rouge
Cueillette du raisin rouge

Il semble donc prouvé que le vin égyptien était principalement du vin rouge. En raison de sa ressemblance avec le sang, de nombreuses superstitions ont été créées dans la culture populaire à propos de cette boisson. Le Shedeh est aujourd’hui connu pour être un vin rouge non fermenté de grenade, comme on le pensait auparavant, et représentait l’une des variétés les plus précieuses de toute la région [69].

Le vin rouge en Syrie

Le trafic commercial et la consommation de vin à Mari au XVIIIe siècle avant J.-C. sont connus grâce aux tablettes découvertes dans le palais royal de Zimri-Lim. Ces registres montrent l’existence de différents types de vins avec une différenciation qualitative ; le meilleur correspond au « gumbum », qui serait une sorte de vin doux. Ils mentionnent également le vin rouge, le vin « vieux », celui sans qualité précise et les vins aromatisés à la mûre et au Myrtus communis (myrte).

Les documents précisent que la table royale était toujours remplie et que le souverain était muni de pots de bon vin rouge, qui étaient régulièrement commandés parmi les vins présentés par les marchands. Les importations ont peut-être aussi été considérables et les bénéfices conséquents malgré les taxes : 600 jarres en deux versements pour un batelier nommé Ebatân, 2300 amphores pour un marchand nommé Meptûm. À Karkemiš, en revanche, le vin était trois fois moins cher qu’à Mari et a peut-être été « coupé » avec des vins de la région de Terqa.

Les vins rouges Grecs

Les grands vins grecs étaient considérés comme des biens de valeur dans tout le bassin méditerranéen ; l’un des plus célèbres est le « Chian » de l’île de Chios, qui aurait été le premier vin rouge de marque grecque, même si en vérité il était connu sous le nom de « vin noir » (source).

Le « Choan » de l’île de Coo était généralement mélangé à de l’eau de mer et était donc considérablement salé. Le « Pramnian » ou vin de Lesbos était un produit d’exportation célèbre. Aristote mentionne le vin de Lemnos, probablement le même que le cépage moderne « Limnio », un vin rouge auquel on ajoute de l’origan et du Thymus (thym) ; si l’hypothèse est correcte, cela en fait le plus ancien cépage connu encore en circulation.

Mais le vin rouge a bel et bien existé, des découvertes archéologiques l’ont prouvé. L’un des plus grands experts mondiaux des vins anciens, André Tchernia, a réussi à récupérer une épave au large de la presqu’île de Giens, sur la côte Varoise, dans les années 1970. Après avoir daté son naufrage à 70-25 av. J.-C, il rapporte : « sur l’épave, j’ai trouvé de nombreuses amphores, encore fermées par leur double sceau de liège ou de pouzzolane. Ils contenaient un liquide qui, après analyse, s’est avéré être du vin, mais complètement décomposé.

Sinon, le liquide était incolore et mélangé à de l’eau de mer. Une boue rougeâtre qui semblait être faite d’argile très fine s’est déposée dans sa vasque. C’était sec, un extrait de vin complètement séparé de la phase liquide « 

Le vin rouge sur le continent européen

« C’est l’une des cruautés ironiques de l’histoire que l’accusation de sang chrétien médiéval – la plainte contre les Juifs (voir les thèmes de propagande de l’antisémitisme) d’utiliser le sang d’enfants gentils assassinés pour la production de vin à boire avec la Matza (pain) – soit devenue le faux prétexte de nombreux pogroms.

C’est à cause de ce danger que ceux qui vivaient dans un endroit où des accusations de sang ont été portées ont été exemptés d’utiliser du vin rouge de Casherut comme le prescrit la Halakhah, afin qu’il ne soit pas considéré comme une « preuve » contre eux ». – Pessah : ce que nous mangeons et pourquoi nous le mangeons, projet Genesis.

La France médiévale reste le principal exportateur de vin ; Paris et l’Île-de-France accueillent les plus grands vignobles du royaume, approvisionnant les villes qui en sont les principales consommatrices selon le livre des vins.

Le vin rouge développé sur le territoire français s’est ensuite répandu en Europe occidentale à partir du XIVe siècle ; en fait, jusqu’alors, les vins les plus populaires étaient les blancs et les rosés [source].

Pages similaires

Invention de la bouteille moderne

Le vin européen, menacé par l’arrivée de ces nouvelles variétés en provenance du Nouveau Monde, a retrouvé son rôle dominant avec l’invention de la bouteille et son développement rapide. Le premier vin de garde (un vin qui peut vieillir plusieurs années en cave et se bonifier) a donné un nouveau souffle au commerce du vin. Le « Château Haut-Brion », sur la rive gauche de la Garonne, a été le premier à introduire sur le marché un « vin de réserve », pour lequel une sélection était effectuée lors des vendanges, garantissant ainsi une certaine qualité.

Il a également commencé à produire un type de vin rouge appelé « New French Claret » par les consommateurs anglais ; il s’améliorera pour la première fois avec le vieillissement et cela imposera le style des grands vins rouges modernes. Le Livre de Cave de Charles II d’Angleterre confirme la présence de bouteilles « Hobrioro » dans la cantine royale dès 1660 ; il aurait pris connaissance de ce vin renouvelé à la cour du roi Louis XIV de France pendant ses années d’exil.

Il est fort probable qu’une telle référence historique prouve que « Haut-Brion » était la marque de luxe la plus connue à son époque[128].

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez