Comment choisir un bon vin rosé ?

Comment choisir un bon vin rosé ?

Certains rosés de grandes marques utilisent des souches de levure artificielle et du charbon pour obtenir cette nuance de saumon parfaite pour Instagram qui est à la mode en ce moment. Voici comment les éviter, et comment choisir un bon vin rosé ?

Comment choisir un bon vin rosé ?
Comment choisir un bon vin rosé ?

Quand boire du vin rosé ? C’est l’été, c’est la saison chaude, et pour le meilleur ou pour le pire, cela ne signifie qu’une chose dans le monde du vin : C’est la saison des rosés.

Depuis 2003 la consommation de Vin rosé n’a cessé d’augmenter dans le monde. La consommation mondiale de vins rosés s’établit à 24 millions d’hectolitres (en 2016), soit une augmentation de 32 % depuis 2002. La France représente 35 % de la consommation mondiale de rosé. Le marché du rosé devrait continuer à progresser, pour s’installer autour des 30 millions d’hectolitres en 2035, selon l’observatoire du rosé. Soit 7 millions d’hectolitres supplémentaires par rapport à 2017

« Chaque année, nous pensons qu’il n’est pas possible de vendre plus de rosé, nous en vendons plus l’année suivante », déclare Tom Geniesse, le fondateur et propriétaire du magasin de vin new-yorkais Bottlerocket. Il y a un gros potentiel de débouché commercial aux USA. En été, estime-t-il, près de 30 % du vin vendu dans son magasin est du rosé.

Pour les viticulteurs, le rosé est un produit relativement facile à fournir, du moins par rapport à leurs vins rouges et blancs. Il peut être produit avec n’importe quel type de raisin et nécessite très peu de vieillissement.

Mais pour les consommateurs, ce n’est pas un produit facile à acheter. Dans la course à l’approvisionnement du monde en rosé, le marché du rosé a été inondé de vins plus ou moins bon. Il va donc falloir apprendre à comment choisir un bon vin rosé.

Il n’est vraiment pas difficile pour les gens de produire du rosé, mais le produire correctement est une toute autre histoire.

La première étape pour choisir une bonne bouteille de vin rosé est de comprendre comment le rosé est fait.

Comprendre comment le rosé est fait vous permettra de choisir un bon vin rosé
Comprendre comment le rosé est fait vous permettra de choisir un bon vin rosé

Certains disent que le vin rosé n’est dans du vin. Vous allez voir dans ce paragraphe, que bien au contraire le rosé est un vrai vin, qui nécessite un vrai savoir faire, bien au contraire.

En général, les vignerons s’appuient sur trois méthodes pour produire du rosé : l’assemblage, la saignée et le pressage.

1. Le mélange

Le coupage consiste simplement à mélanger le rouge et le blanc pour créer un vin rosé. Cette méthode est extrême. Il est le plus souvent utilisé pour les vins de faible qualité, et si les vignerons français utilisent cette méthode, ils ne sont même pas autorisés à appeler le vin qui en résulte du rosé. L’exception à cette règle est le Champagne, où le coupage est une pratique normale, courante et dans l’appelation. Le coupage est également utilisé pour produire certains des meilleurs rosés et des plus chers du monde. Allez savoir.

2. La saignée

La saignée, également connue sous le nom de méthode de saignée (du français « saigner », signifiant « saigner »), est une tradition de l’Ancien Monde qui remonte à Bordeaux et à la Bourgogne, selon Geniesse. Pour rendre le vin rouge plus concentré et plus intense, les vignerons retirent parfois une partie du jus de raisin pendant la macération afin d’augmenter le rapport peau / jus. Le jus ainsi obtenu peut être mis en fût et fermenté pour produire une saignée rosée. Le jus qui reste avec les peaux devient alors un grand rouge vif.

Les saignées rosées proviennent de producteurs dont la priorité est le rouge d’abord et le rosé ensuite. Leurs rosés sont souvent le reflet de leurs rouges ; ils sont généralement plus grands, plus foncés et plus forts que la plupart des rosés.

3. Le pressurage

Le contact limité avec la peau est le mode de production le plus courant du rosé. Après la cueillette, les raisins sont pressés pour en extraire le jus. Ensuite, le jus est laissé dans une cuve avec les peaux et autres solides du raisin, qui ajoutent des tanins et de la structure au vin obtenu. Après deux à 24 heures, le jus rose clair est égoutté et fermenté.

Et puis il y a les valeurs aberrantes.

Beaucoup de producteurs de rosé d’aujourd’hui s’appuient sur des réglages douteux en dehors de ces choix. Certains s’appuient sur des souches de levure artificielle pour obtenir la couleur saumon qui passe si bien dans les photos publiées sur Instagram qu’ils recherchent, plutôt que de perfectionner leur procédé ou d’espérer que les consommateurs ne se fieront pas uniquement à la couleur pour choisir une bouteille.

Tous ces rosés qui sont conçus pour avoir un profil de couleur et de saveur spécifique ne sont que des concoctions de laboratoire. Ce n’est même pas du vin », disent certains. Ce n’est pas mauvais en soi. C’est juste des Doritos comparés à des chips artisanales.

Si vous regardez une bouteille de vin, comment savez-vous quelle méthode a été utilisée pour la fabriquer ?

Il n’est pas facile de repérer les bouteilles de rosé qui sont vraiment de grande qualité et celles qui sont produites par des vinificateurs tirant profit de la prolificité du rosé.

La lecture d'une étiquette de la bouteille ne vous permettra pas de choisir un bon vin rosé
La lecture d’une étiquette de la bouteille ne vous permettra pas de choisir un bon vin rosé

La bouteille et l’étiquette du rosé donne souvent peu d’informations en dehors du millésime et de la région. On peut recommander de se tenir à l’écart des grands producteurs de marque, négociants, qui sont souvent coupables de manipulation de la couleur et d’autres méthodes peu recommandables, et de s’en tenir au vin de producteur récoltant, (un vin qui a été cultivé et vinifié par un producteur).

Et si vous demandez au marchand de vin ou au sommelier, du rosé de récoltant et qu’ils ne savent pas ce que c’est, vous devriez simplement partir. Ou boire de la bière.

En se tenant à l’écart des marques produites en masse, les consommateurs peuvent mieux prévoir le goût d’une bouteille donnée et être sûrs que les caractéristiques sont naturelles et non artificielles.

Plutôt que de se fier à la méthode ou même au cépage, on vous recommande de choisir et de déguster des rosés faits dans des conditions similaires aux vins rouges ou blanc que vous aimez. Par exemple, si vous aimez les vins de Corbières Rouge, avec leurs cépages de Syrah, Grenache et Cinsault, vous apprécierez probablement un rosé cultivé et produit dans un environnement similaire, par le même vigneron, ou la même cave.

Articles similaires

Comment acheter le meilleur rosé à chaque fois

À coup sûr privilégier les couleurs foncées pour choisir un bon vin rosé
À coup sûr privilégier les couleurs foncées pour choisir un bon vin rosé

Gardez ces cinq conseils à l’esprit la prochaine fois que vous vous rendrez chez un caviste.

Le rosé était autrefois réservé à Saint-Tropez, puis il a fait son chemin partout dans le monde, où il est devenu un produit d’été. Mais aujourd’hui, tous les jours sont bons pour déguster le vin, et les ventes le confirment.

« Le rosé ne devrait pas être limité à l’été ; c’est juste une version allégée du vin rouge », déclare le maître sommelier Laura Maniec, propriétaire des restaurants Corkbuzz. Le vin rouge obtient sa couleur en fermentant du jus blanc avec des raisins à peau rouge jusqu’à obtenir une couleur rouge, et le rosé est fermenté de la même manière mais pour une période plus courte.

Et il accompagne tout, du poisson ou de la charcuterie et du fromage à la nourriture asiatique.

Mais comme tous les vins, le rosé va de la bouteille de deux euros à la bouteille provençale de plus de cent euros. Voici cinq conseils de sommelier pour vous aider à choisir un rosé qui plaira à votre palette et à votre porte-monnaie.

Inscrivez-vous pour ne pas manquer nos derniers articles

Rejoignez les 3 autres abonnés

1. Choisissez une région de confiance.

Les régions viticoles peuvent être un peu trompeuses, même pour les professionnels, car le monde du vin est en constante croissance et évolution. Mais il faut bien commencer quelque part, et son meilleur conseil est de commencer par les régions éprouvées de Provence, de Tavel, de Languedoc, du nord de l’Espagne et de l’Italie.

Vous n’êtes toujours pas sûr ? Pensez aux rouges que vous aimez. Presque toutes les régions productrices de vin rouge produisent du vin rosé, donc si vous aimez le vin rouge d’une région spécifique, c’est toujours une bonne idée d’essayer le rosé. Donc si vous aimez le Cote du Rhône, allez-y, essayez le rosé.

2. Choisissez toujours un millésime récent.

Bien qu’il y ait quelques exceptions, vous devriez boire le rosé aussi frais que possible ou aussi jeune que possible. Cela signifie que vous devez acheter un millésime 2016 cette année.

3. Sachez s’il sera doux ou sec.

Le secret est l’alcool, ou %, indiqué sur l’étiquette. Tout ce qui est supérieur à 11 % sera sec. Si vous aimez les vins doux, plus l’alcool est faible, plus le rosé est doux. Les régions de l’ancien monde (Italie, Espagne, France) ont tendance à être plus croquantes et acidulées que les régions du nouveau monde (États-Unis, Amérique du Sud, Australie), qui sont généralement plus fruitées et plus sucrées.

4. Regardez la couleur.

Le rosé foncé sera forcément meilleur et peut être légèrement plus riche en bouche et peut parfois avoir un style plus fruité que les couleurs pâles de la peau d’oignon. Un vin rosé Foncé aura tendance à être un vin de saigné et donc des arômes plus soutenus. Un vin pale aura vu sa couleur modifiée avec des procédés à base de levures et charbon qui vont modifier l’arôme.

5. Choisissez votre raisin préféré.

N’importe quel raisin rouge peut être transformé en vin rosé. Et la base principale du rosé sera la plus importante dans les saveurs. Ainsi, le pinot noir rosé a généralement des arômes de fruits rouges acidulés comme la cerise et la fraise, tandis que le rosé à base de cabernet aura plus d’arômes de fruits noirs comme la mûre et la prune noire.

Découvrez les principales régions de production de rosé et si vous aimez leurs vins

L'influence de la région pour choisir un bon vin rosé
L’influence de la région pour choisir un bon vin rosé

Malgré le statut de luxe perçu du rosé, celui-ci est en fait l’une des catégories de vin les plus abordables, avec d’excellents choix allant de 6 à 30 euros par bouteille.

Vous pouvez trouver des rosés vraiment incroyables à des prix très abordables, contrairement, par exemple, à un Bordeaux ou un Bourgogne super haut de gamme, où vous payez plus cher juste pour l’étiquette. Avec le vin, ce n’est pas parce que vous payez plus cher que vous obtenez une meilleure qualité.

Mais trouver une bonne bouteille est une question de goût, vous pouvez trouver des bouteilles de rosé phares bien connues ainsi que des choix bon marché fait par des vignerons passionés.

Si vous voulez avoir une bouteille spéciale ou meilleure, vous pouvez certainement le faire, mais ce n’est pas nécessaire. C’est le cœur du rosé.

Pour le rosé, la préférence personnelle se résume souvent à la région. Voici quelques-unes des régions les plus populaires.

1. Provence, France

La côte sud de la France a une histoire de rosé presque impossible à battre. La réputation du rosé en matière de loisirs et de luxe tient à sa popularité dans le lieu d’été parisien, où, les vacanciers boivent du rosé depuis le XIXe siècle. Le grenache, le cinsault, la syrah et le mourvèdre sont cultivés sur la côte méditerranéenne française, où ils bénéficient d’un soleil généreux, de soirées fraîches et de peu de pluie. Les vins qui en résultent sont fruités et maigres, avec de légers arômes, une minéralité saline caractéristique et une couleur saumon pâle caractéristique.

En raison de leur popularité, les rosés provençaux de haute qualité sont vendus à des prix légèrement plus élevés. Malgré leur popularité et leur histoire, le contrôle de la qualité y est un problème majeur, beaucoup d’eau de bain rose est fabriquée dans la région. Pour éviter d’acheter du vin de mauvaise qualité, il faut s’en tenir aux petits producteurs et utiliser sa tête.

Si quelque chose vous semble farfelu, cela ne vaut probablement pas la peine de le boire. Courez quand vous voyez des noms de vins qui utilisent des mots qui sont restés coincés dans les années 1990, comme « ange » ou « chuchotement » ».

2. Tavel

Tavel est une appellation de la vallée du Rhône en France. Elle produit d’excellents vins riches et puissants.

Le terroir de Tavel est excellent pour le Grenache, le Cinsault et la Syrah.

Le Cinsault est en général vinifié par pressurage direct, le jus de grenache est saigné, la Syrah reçoit un contact frais et court de la peau avant le pressurage.

À la dégustation, le Tavel rosé classique de couleur rose foncé avec des reflets orange sanguine. Ce vin est concentré avec beaucoup d’arômes de groseilles, de noix fraîches, de rose et de minéralité. Il révèle un corps frais et bien équilibré avec une bonne acidité.

3. Pays d’Oc

Le pays d’oc désigne les vins produits dans certains des meilleurs pays viticoles du sud de la France. Il s’agit d’une vaste région (par opposition à la Provence ou aux côtes du Rhône, par exemple).

Ne vous laissez pas effrayer par cela… Ce sont généralement de grands vins, mais ils ont tendance à être un peu plus récents dans leur style et coûtent moins cher que leurs homologues de classification supérieure.

Un grand pays d’oc rosé pourra ^être conçu sur la base d’un mélange de grenache et possède des caractéristiques plus fruitées et épicées. Le piquant du grenache permet à ce style de rosé de s’associer parfaitement à un bon barbecue ou à des viandes grillées.

Oui, buvons du rosé et mangeons une côte de bœuf.

4. Vallée de la Loire, France

Au nord de la Provence et au sud de Paris se trouve la vallée de la Loire, une région qui produit presque tous les types de raisins dans tous les styles de vin. Pour le rosé, elle abrite le Sancerrois, l’une des sous-régions les plus populaires pour la production de vin rosé. Comme le Sancerrois est plus éloigné de l’océan Atlantique que les autres régions de la vallée de la Loire, ses vignobles connaissent des étés courts et chauds et des hivers longs et frais, ce qui donne des rosés légers et savoureux, mais aussi plus secs et plus légers que leurs homologues provençaux.

5. Abruzzes, Italie

Les consommateurs peuvent souvent trouver des choix de rosé légèrement moins chères que les vins français, explique Tice Studeman. Les Abruzzes, par exemple, sont connus pour leurs rosés sombres, structurés et brillants, produits à partir du cépage italien classique Montepulciano.

Bien que ces bouteilles ne soient généralement pas aussi light que les rosés français traditionnels, leur structure et leur puissance leur permettent de résister à des associations de plats plus consistants, comme les côtelettes de porc et même les steaks. Comme les rosés de cette région ont tendance à être de couleur plus foncée, presque cerise, les consommateurs pensent souvent à tort qu’ils sont plus sucrés. Au contraire, la noirceur d’un rosé est généralement une question de temps de contact avec la peau ; plus le processus de macération est long, plus le vin est foncé et tannique, et non sucré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez